Mois: juillet 2016

Ce que nous défendons.

« Telle elle est la rétribution du peuple criminel qu’est le peuple français qui n’hésite pas à descendre dans la rue pour son ventre, pour son contrat de travail ».

Cette phrase provient de la seconde vidéo diffusée par Daesh depuis le massacre du 14 juillet à Nice.

Code du travail, sécurité sociale, services publics, laïcité, démocratie. Oui, nous nous battrons pour cela. Jusqu’au bout.

C’est le ventre, c’est l’esprit, c’est l’avenir.

Le 8 septembre pour l’abrogation de la réforme du collège, le 15 septembre pour l’abrogation de la loi El Khomri.

Amis syndiqués, collègues, camarades, prenez un maximum de forces !

Publicités

Attentat à Nice

 

vendredi 15 juillet 2016

La FSU condamne avec force l’attentat ignoble commis hier soir à Nice, jour de fête nationale.

Elle présente ses condoléances aux familles et aux proches des victimes touchées par ce drame et leur exprime toute sa solidarité.

Un tel acte de violence qui a coûté la vie à plus de quatre-vingt femmes, hommes et enfants suscite à la fois émotion, profonde tristesse et colère.

Face à l’horreur et l’atrocité, nous sommes plus que jamais déterminés à défendre, contre toutes les barbaries, la solidarité, la fraternité et la liberté, valeurs essentielles qui fondent le vivre-ensemble et la démocratie.

L’unité du syndicalisme indépendant.

Le vote « solennel » de la loi « travail » est prévu par le gouvernement le mercredi 20 juillet à l’Assemblée nationale. Ce ne sera sans doute pas un vote, mais une adoption au 49-3. La droite voulant préserver ce gouvernement qui lui convient tant jusqu’aux présidentielles, et le peu qui reste de gauche parlementaire peinant à déposer une motion de censure, on assistera peut-être à nouveau à la comédie de l’adoption d’une loi sans aucun vote d’aucune sorte. Dans un autre contexte, ceci aurait été la victoire d’un gouvernement fort et autoritaire. Aujourd’hui, ce sera la victoire à la Pyhrus d’un gouvernement violent et autoritariste. Rien n’est réglé.

Voici le dernier tract de l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-UNEF-UNL au niveau départemental. Il sera notamment distribué mercredi 13 juillet, lors de l’action « péage gratuit » à l’entrée d’autoroute de Gannat, à 15 heures.

11.07.2016 tract pour le 13 juillet

49-3 : toute honte bue, le calice jusqu’à la lie. Mais riposte sociale il y aura …

Mardi 5 juillet 9h 45.

« La guerre c’est la paix. La liberté c’est l’esclavage. L’ignorance c’est la force. » (George Orwell, 1984).

« Le 49-3 n’est pas un passage en force. » (Mme El Khomri). Et le code du travail est sauvé grâce au grand dialogue social pratiqué par un grand gouvernement de gauche qui n’a jamais employé la force contre la jeunesse et les manifestants et qui bénéficie du soutien éclairé de la grande majorité des citoyens !

Ce mardi matin 5 juillet, donc, est annoncé le nouveau recours au 49-3 pour faire passer tel quel le texte de destruction du code du travail.

Si une majorité de députés devait à nouveau avoir peur de voter une motion de censure, quelle qu’elle soit, ce vote signerait la mort clinique et morale de toute confiance, de tout crédit, de toute dignité et de tout honneur pour l’exécutif actuel et ses soutiens.

Car une chose est sûre : le mouvement qui s’est dressé dans notre pays va continuer.

RDV ce soir 18h place d’Allier Moulins, place de la mairie Montluçon, parc thermal Vichy.

 

Front commun pour le droit du travail : 5 juillet.

 

Après la manifestation départementale du 28 juin, l’intersyndicale départementale s’est réunie le jeudi 30 juin à Montluçon. Les annonces nationales sur un rétablissement de la primauté des branches professionnelles en matière notamment de salaire (mais pas d’heures sup’ ni de temps de travail ! ) n’ont pas brisé notre unité, contrairement à ce qu’une certaine presse (Le Point …) a tenté d’accréditer. Au contraire : s’il y a des brèches, comme déjà avec les promesses faites aux routiers, c’est le signe qu’en maintenant l’unité pour le retrait total d’un projet qui n’est ni amendable, ni négociable, un projet qui s’identifie totalement au 49-3, au déni de démocratie et à la violence, on peut gagner, cela parce que la force qui s’est levée ne rentrera pas dans son lit.

CGT, CGT-FO, FSU, Solidaires, UNEF et UNL de l’Allier appellent donc pour le 5 juillet à 18h. Voici notre communiqué commun :

13568881_285321511858113_8178908931868506539_o