Le 14 juin, nous y étions, voici ce que ce fut.

13417448_1376319209050755_8026244403921135973_n

La FSU Allier se félicite des 5471 visiteurs que cet article lui a valu moins de suatre jour après sa publication, et de ceux à venir : elle les remercie, répondra à leurs commentaires éventuels et surtout elle les invite à lire et éventuellement commenter aussi d’autres articles, sur les collègues précaires, AESH, sur les agents des collèges, sur la laïcité …

 

Nous y étions, et nous rentrons ce soir en sachant qu’il fallait y être. La manifestation centrale du 14 juin, ce fut avant tout et essentiellement, sachez-le vous qui viendrez à nous lire après avoir vu tout autre chose à la télé, des centaines et des centaines de milliers de salariés, de jeunes, d’ouvriers, d’employés, de retraités, structurés dans et par leurs syndicats – LEURS syndicats.

Place d’Italie, plus d’une heure avant le départ de la manifestation, c’était à la fois le regroupement par syndicats et le joyeux mélange, entre la CGT du Havre et, impressionnante de force physique et de dignité humaine, la mobilisation des dockers, des marins et de leurs familles, les femmes de ménage FO de Marseille, la FSU d’Ile-de-France et notre escadron d’auvergnats, bourbonnais, vellaves et cantalous, l’Union locale CGT de Valencienne, la CGT de Toyota, de nombreuses délégations d’entreprises présentes en tant que telles, sans oublier ce courageux groupe de militants UNSA du commerce de Paris, en désaccord avec leur organisation sur le travail du dimanche puis sur la loi El Khomri.

Quand la manifestation se met en branle, c’est une formidable impression de force et de combativité, qui lui confère un caractère inédit, celui de tout ce mouvement, nouvelle étape différente de ce que l’on a pu connaître en 1995, 2003, 2006, 2010. A la fois structuré, essentiellement par les unions départementales et locales CGT et CGT-FO, et fraternellement mélangé, avec des mots-d’ordre et pas seulement de la musique, dans une cacophonie totale d’où émerge l’unité d’un refus, un refus porteur d’avenir.

Plus âpre en effet, plus déterminé à continuer, en rupture avec le gouvernement, avec l’ordre existant : c’est sans doute cela ce « cancer syndicaliste révolutionnaire » récurrent en France que dénonçait voici quelques temps le journal Le Point (en l’amalgamant à Jacques Duclos et à … Pétain !), si l’on se rappelle que dans notre pays le syndicalisme est né d’une volonté de sécession, d’auto-affirmation et d’élevation des opprimés. Mais à faire ainsi sécession, ne serions nous pas la majorité ?

manif 1

Tout de suite, nous constatons ce fait étrange pour des provinciaux, auquel les manifestants parisiens sont « habitués » si l’on peut dire : le positionnement agressif des forces de police – une agressivité qui n’est pas forcément le fait des fonctionnaires de police ainsi placés mais qui résulte de la volonté politique de ceux qui les commandent, au plus prés de la manifestation, bouclier au sol en position de pré-attaque, ostentible et serrée : vous ne pourrez plus rentrer dans la manifestation, et pour sortir il faudra montrer patte blanche pour quémander l’autorisation, en arrachant tout badge. Ainsi était fourni le terrain de premiers incidents, des groupes de cagoulés, peu nombreux et très mobiles, non identifiables, surgissant pour provoquer ces forces de police en combat singulier, étranger à la mobilisation des centaines de milliers de manifestants. Et immédiatement ces combats se déclenchent, prenant les manifestants en otages, tous bombardés de lacrymos et de gaz de couleur orange. L’une d’entre nous s’est ainsi vu chassée de force de la manifestation, et, après un passage en pharmacie pour ses yeux, s’est vu interdire le retour en manifestation par les rues latérales (les passagers de 30 bus du Nord et du Pas-de-Calais n’auraient pas pu, de même, rejoindre la manifestation !).

C’est l’un de ces groupes non identifiés qui a caillassé l’hôpital Necker pour enfants, fournissant des images que d’autres crétins, tout aussi irresponsables qu’eux, font tourner en boucle en nous accusant, nous, les grévistes et les manifestants, d’avoir attaqué un hôpital pour enfants malades !

Les appels préfectoraux à ce que les manifestants « se désolidarisent des casseurs » sont contredits par l’impossibilité physique, organisée et voulue par la même préfecture de police, faite aux manifestants à échapper au gaz et aux charges dans les situations délibérément gérées dans cette intention. Un manifestant, boulevard Montparnasse a reçu une grenade dans le dos et se trouve dans un état grave.

Cela dit, la grande majorité d’entre nous n’a rien subi d’autre que l’odeur des gaz devant la manif. Etre victime d’une de ces attaques latérales, en réalité peu nombreuses, relevait du hasard malchanceux du petit jeu de la provocation et de la charge de manifestants préalablement coincés dans une nasse, petit jeu qui culmina lorsque la tête de manifestation est arrivée aux Invalides, où le combat singulier entre cagoulés et force de police a bloqué de nombreux cars attendant les manifestants, en endommageant certains.

Un appareil policier qui est capable de ceinturer un million de personnes est en même temps disposé de façon à ce que s’installe en permanence une zone d’insécurité devant la tête de manifestation. Cette étrange gestion de la rue est l’une des innovations de M.M. Valls et Cazeneuve. Aux côtés des Papon, des Marcellin et des Pasqua, ils resteront aussi dans l’histoire pour cela, si ce n’est que pour cela. S’il n’y a pas de morts à ce jour, soyons clairs : ils n’y sont pour rien. C’est la responsabilité des manifestants et d’une partie des fonctionnaires de police qui l’a évité.

Quand, vers 17h, la tête de manif est arrivée aux Invalides, on apprend que la foule est toujours en train de piétiner au point de départ place d’Italie. Ce fait, la densité des rangs dans une large avenue, et la présence de manifestants et de drapeaux dans toute les rues adjacentes malgré le ceinturage des boulevards, et d’ailleurs sans incidents, tout cela rend crédible le chiffre du million, plus 300 000 dans toute la France.

Le choix politique d’annoncer « 125 000 manifestants dans toute la France », en même temps que M. Cazeneuve prétend qu’il « y avait des hordes de manifestants violents »– des hordes, ainsi parle le ministre de l’Intérieur- relève d’une volonté agressive de combat et de déni. Ceux qui y étaient savent, et par le canal de leurs organisations, de leurs collègues, de leurs amis et parents, ils feront savoir. Nous sommes en réalité la majorité.

Pourquoi ce gouvernement fait-il le choix du mensonge, le choix de la violence ? La réponse est donnée par exemple dans les propos du premier ministre rapportés en page 2 du Canard Enchaîné de ce mercredi (la source la plus fiable s’agissant des débats intra-gouvernementaux) : si nous cédons, explique-t-il, la droite au pouvoir n’ y arrivera pas non plus.

En effet. Il s’agit aujourd’hui de faire caler une politique minoritaire, antisociale. Le syndicalisme doit mener cette bataille. La responsabilité, la modération, le réformisme, c’est d’exiger jusqu’au bout le retrait de la loi El Khomri, le retrait de toute la politique qu’elle représente – dans l’enseignement la réforme du collège et la casse de tout ce qui reste d’égalité devant l’instruction – sans craindre que par effet collatéral ce sens syndical des responsabilité ne conduise à l’effondrement de l’exécutif, voire du régime. Les incendiaires irresponsables sont ceux qui voudraient à tout prix les préserver.

Ecrit à chaud et en assumant chaque mot, en ce soir du 14 juin.

Vincent Présumey (secrétaire départemental de la FSU de l’Allier).

13445503_1001238439973145_8736691269286944942_n

 

 

 

Publicités

9 commentaires

  1. des centaines de milliers de salariés, de jeunes, d’ouvriers, d’employés, structurés dans et par leurs syndicats – LEURS syndicats.
    Merci de nous avoir oubliés nous retraités qui y étions également et SANS rancune aucune

    J'aime

  2. Salut Vincent,

    Je partage l’essentiel de ton article. Je divergerai sur un point: les casseurs étaient extrêmement organisés. Je suis allé devant le carré de tête avant le départ de la manif pour faire quelques photos. Des milliers de manifestants de diverses organisations étaient déja devant le carré de tête…par manque de respect des consignes, mais je crois que certaines traditions sont derrière nous…J’ai pu voir les « autonomes », tous cagoulés ou masqués, en noir, groupés en rangs serrés comme des légionnaires romains, et peut-être au nombre de mille ou plus. C’était très impressionnant. Les CRS et autres gardes mobiles étaient eux le long des trottoirs, attendant les ordres, et j’ai pu voir dans les yeux de certains, notamment jeunes, une grande inquiétude. Ce ne sont que des hommes. J’affirme, comme d’autres, que s’il y avait eu la volonté du Pouvoir de neutraliser le groupe dont les intentions étaient parfaitement connues notamment par les infiltrations de policiers à l’intérieur, l’opération était tout à fait possible, par un encerclement. Je persiste donc et je dis que la casse est co-organisée par les casseurs et les autorités, dans le but bien évident de déconsidérer le mouvement. De la même manière, Valls, Cazeneuve et Hollande ont décidé, sans doute après un travail avec leurs communicants, de stigmatiser la CGT pour l’isoler et casser l’unité syndicale qui est un point déterminant qui permet au mouvement de perdurer.
    Tout cela est un jeu dangereux donc sont victimes colatérales les manifestants pacifiques, des policiers et gendarmes, mais surtout les libertés publiques et la Démocratie dans notre Pays de France. Certes, les locataires de l’Elysée, de Matignon, de la place Beauvau et leurs soutiens parlementaires savent qu’ils vont prendre une raclée mémorable en 2017 mais ils auront encore fait progresser le FN et répondu aux injonctions de la Commission Européenne…sauf si le mouvement continue encore et se renforce, ce que j’espère. Les journées des 23 et 28 juin vont le permettre, la votation citoyenne étant un moeyn que j’estime déterminant.

    Michel Beaune, militant CGT retraité

    J'aime

    1. Merci Michel pour ces précisions. Nous avons pour ce qui est des militants FSU Allier été surtout témoins des quelques attaques « latérales » provoquées par des heurts entre groupes insérés dans la manif et police sur les bords ; c’est le principal de ces incidents, semble-t-il, qui a permis de monter la très grosse manipulation médiatico-politique de l’hôpital Necker. Comme toi, j’ai fait une percée en avant, mais, moins indiscipliné, je suis allé moins loin et n’ai pas vu l’armada de cagoulés ! Je pense que la critique à adresser à la majorité d’entre eux – je parle des jeunes qui ne sont ni des provocateurs, ni des idéologues de la chose, ni des fans de la violence- est qu’ils pratiquent cet affrontement comme une guérilla privée, sans se préoccuper la sécurité des manifestants. Le heurt final, où les manifestants des Ports et Docks se sot « victorieusement » défendus d’une charge policière dépourvue de tout sens, montre que la masse des manifestants organisés dans leurs syndicats peut si nécessaire se défendre et n’a pas besoin des autonomes qui sont en fait un obstacle. C’est cet épisode qui a été, depuis, dénoncé par le préfet de Paris et a donné lieu à de nouvelles attaques contre la CGT. P. Martinez sommé de s’en démarquer ne l’a pas fait et a légitimé cette autodéfense des militants CGT dockers. Il a eu raison.
      Vincent Présumey.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s