Comment gagner ?

 

Le conseil départemental (CDFD) de la FSU Allier, réuni le jeudi 7 avril 2016, informé de l’appel national à une prochaine journée d’action interprofessionnelle le 28 avril, exprime son inquiétude, qui est celle de la plupart des militants syndicaux, de toutes organisations, engagés dans le mouvement pour le retrait de la loi El Khomri.

Nous ne voulons pas reproduire le scénario de 2010 et c’est pour cela que la journée du 9 mars, à l’encontre du premier communiqué national rédigé avec la CFDT, a imposé l’unité pour le retrait CGT-FO-FSU-Solidaires-UNEF-organisations de jeunes.

La force des mobilisations et la journée du 31 mars l’ont montré : pour le retrait de la loi El Khomri, un appel confédéral national, appuyé par la FSU, à la grève totale, aurait déjà pu assurer la victoire.

Appelez-nous à des grèves efficaces et pas à des actions « saute-mouton » ad vitam aeternam !

Cette question se pose à nouveau avec la grève interprofessionnelle du 28 avril, le 1° mai et le début officiel du débat parlementaire public sur cette loi prévu le 3 mai : c’est la grève totale pour imposer le retrait qui est possible et nécessaire.

Le CDFD constate que la déclaration départementale commune CGT-FO-FSU-Solidaires-UNEF-UNL lue dans les manifestations du 9 avril se termine en appelant à se réunir « par entreprises, établissements, secteurs professionnels, pour préparer et réussir cette grève, envisager la suite et préparer, si besoin, la grève reconductible afin d’arracher le retrait de la loi « anti-travail ».

Il estime nécessaire que ceci soit débattu dans toutes nos structures syndicales à tous les niveaux, ainsi que les nombreuses initiatives soulevant ces questions décisives telles que le texte « On bloque tout » (http://onbloquetout.org/).

La mobilisation des personnels de l’enseignement public a été assez faible à ce jour, alors que ceux-ci partagent les sentiments des secteurs mobilisés et veulent encore et toujours l’abrogation de la réforme du collège et l’inversion de la politique de réduction de moyens et de regroupements des services publics. La grève totale pour le retrait, ce n’est pas la grève interminable, bien au contraire : si les personnels sentent que la volonté nationale est là ils en seront. La FSU a ici tout son rôle à jouer.

Nous ferons quant à nous ce que nous pourrons pour le jouer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s